Grande marche de mai 1802 - édition 2017

  • Basse Terre
  • Du 20 mai 2017 au 21 mai 2017
  • 0690160729-0690863671 -cipngwadloup@hmail.com
  • 18h
  • 20 euros

Grande marche de mai 1802  - 2017
Pour la la troisième année consécutive, le CIPN, NAM, LE MIR, ' les Associations POM ROZ, CEREALES, L'ETOILE DU CARMEL, AGIR EN CITOYENS et la CGTG ont décidé de réitérer la Grande MARCHE DE mai 1802  effectuée entre Basse-Terre et les Abymes par IGNACE et ses compagnons
Départ le samedi 20 mai à 18h00 devant le fort Delgres  du coté di u pont du Gallion
Arrivée le dimanche 21 mai  en fin de matinée  devant la statue d’ignace sur le boulevard des héros

L'épopée des combattants guadeloupéens de 1802, compagnons d'Ignace et Delgrès

Nous sommes en 1802, mais depuis octobre 1794, contrairement à la Martinique, la Guadeloupe est débarrassée de l'Esclavage suite à la première abolition du 4 février 1794 décrétée par la Convention, mais que nous devons en réalité au combat des haïtiens qui avaient imposé de fait cette abolition dans leur Pays dès août 1793. En octobre 1801, suite à une tentative de LACROSSE (Capitaine Général, sorte de Gouverneur) d'emprisonner ou de déporter certains officiers guadeloupéens, une révolte éclate dès le 21 au sein de l'Armée guadeloupéenne à l'initiative d'IGNACE, qui met aux arrêts des officiers français.

Le 24 octobre c'est LACROSSE qui est arrêté, emprisonné, puis embarqué dans un bateau danois en partance pour L'Europe. Néanmoins un bateau anglais le récupère et va lui permettre de rejoindre la Dominique d'où il va intriguer contre les révoltés guadeloupéens. Un Conseil de Gouvernement guadeloupéen est alors mis en place, dirigé par PELAGE. Napoléon, en réaction et pour rétablir l'ordre colonial et l'Esclavage, lance alors une expédition vers la Guadeloupe de 3522 hommes et 14 navires de guerre, dirigée par le général RICHEPANCE. La Guerre de Guadeloupe commence le 6 mai 1802, avec l'arrivée de cette flotte à Pointe-à-Pitre.

Après des combats acharnés, DELGRES et IGNACE décident de quitter le Fort St CHARLES (actuel Fort DELGRES) où ils sont assiégés par les forces de RICHEPANCE. Dans la nuit du 22 mai, ils quittent le Fort par la Poterne du Galion, se rendent à Dos d'Ane (Gourbeyre) où ils se séparent : Avec 350 hommes DELGRES se dirige vers l'Habitation Danglemont à Matouba, tandis que IGNACE avec 200 hommes se dirige vers la Grande-Terre avec l'objectif d'occuper Pointe-à-Pitre. Le 24 mai au matin, après avoir laissé PALERME et JACQUET à Dolé pour retarder ses poursuivants, il arrive à Petit-Bourg où il réquisitionne des canots qu'il fait trainer par sa troupe jusqu'à Birmingham (Baie-Mahault). Beaucoup de civils craignant le retour à l'esclavage se sont raliés à IGNACE au nom de la Liberté et c'est une troupe forte de 700 civils et militaires qui débarquera sur le Canal de Perrin aux Abymes dans la nuit du 24 mai 1802.

Le 25 mai, vers 18 heures, dans la Redoute de Baimbridge, à l'issue d'une résistance héroïque IGNACE et 675 de ses compagnons vont trouver la mort.

IGNACE, refusant d'être fait prisonnier par 8 soldats français qui tentaient de l'arrêter se brûla la cervelle en déclarant "Vous n'aurez pas l'honneur de me prendre la vie....". Dès le 27 mai, soit deux jours après, DELGRES est informé du sort d'IGNACE et de ses compagnons et comprend que les chances d'une victoire sur l'ennemi sont désormais nulles. Il va néanmoins choisir, avec ses soldats une mort glorieuse plutôt que la capitulation et le déshonneur : "Vivre libres ou mourir" scandaient-ils en chœur !

Après avoir donné la possibilité de partir à ceux-très rares-qui ne voudraient pas accepter le sacrifice suprême, lui et ses 350 compagnons se firent sauter dans l'Habitation Danglemont vers 15h30 le 28 mai 1802, entraînant dans leur mort 150 soldats français qui donnaient l'assaut. Dans les jours et semaines qui suivirent, le Général RICHEPANSE fit exécuter par pendaison et fusillade des centaines de cette 'Guerre de Guadeloupe" ; des milliers d'autres, soupçonnés de sympathie avec les révoltés furent déportés, en Corse, à Madagascar ou vendus aux  Etats-Unis.

Le 17 juillet 1802, RICHEPANSE signa et proclama dans tout le Pays de Guadeloupe, l'arrêté scélérat par lequel rétablissait l'Esclavage ! Nous sommes en 2016, et nos vaillants ancêtres qui ont défendu notre liberté les armes à la main contre la barbarie esclavagiste n'ont toujours pas été réhabilités ! Notre génération demande Réparations...pour tous ses martyrs, pour Marthe-Rose et Solitude pendues par RICHEPANSE. Marchons sur leurs traces, et sans doute chemin faisant, nous aurons le sentiment de marcher à leurs côtés....

Ajoutez un commentaire